Les femmes enceintes

Au cours de la grossesse, le corps de la femme subit de nombreux changements structurels, physiologiques et émotionnels qui ne sont pas sans conséquences.

Les soins chiropratiques apportent une solution naturelle aux nombreux soucis de la femme enceinte, la plupart des médicaments étant contre-indiqués durant cette période. Le but est d’optimiser pendant ces 9 mois le fonctionnement du système nerveux afin de permettre l’expression d’un potentiel de santé optimal pour la mère et l’enfant.

Le bon développement de l’enfant in-utero est intimement lié à l’état de santé de la mère, tant physique que psychologique. Votre chiropracteur veillera tout au long de cette grossesse au bon équilibre. Au cours du 1er trimestre, le corps de la femme considère le fœtus comme un corps étranger et la mère va souffrir de maux divers comme les nausées, les maux de tête, les vertiges, l’angoisse et la fatigue. Les ajustements chiropratiques permettront au corps de s’adapter aux bouleversements subits.

Le développement normal et l’augmentation du poids du fœtus (ainsi que la taille du placenta et le volume du liquide amniotique) entraînent le déplacement du centre de gravité vers l’avant, augmentant la lordose lombaire et provoquant ainsi des tensions supplémentaires sur le bassin et la colonne vertébrale, source de maux de dos. De même pour la région thoracique, qui subit des changements dus à l’augmentation du volume des seins et à l’hyperlordose lombaire ; La femme décrit alors des brûlures d’estomac, des douleurs lombaires, des sciatalgies, des problèmes circulatoires et des douleurs entre les omoplates avec une gène respiratoire.

Les techniques chiropratiques douces et ciblées vont rééquilibrer toutes ces tensions et ces asymétries au niveau de la colonne, du bassin et du sacrum. L’utérus en développement est maintenu par des ligaments bien spécifiques du bassin de la mère. Lorsque le bassin est équilibré, l’utérus peut s’élargir de manière symétrique afin d’accompagner la croissance fœtale. Or un manque de mobilité du bassin peut entraîner des contraintes utérines par torsion de l’utérus réduisant la place disponible pour le bébé. A terme ces contraintes utérines exercent de fortes pressions sur le bébé très fragile pendant cette période ; les mouvements deviennent alors limités, le fœtus risque de ne pas se retourner pour l’accouchement. Cette situation donne lieu à des accouchements plus longs et plus douloureux avec une augmentation des césariennes, ou l’utilisation de forceps ou de ventouses traumatisant pour le crâne de l’enfant.

Les ajustements chiropratiques tout au long de ces 9 mois, contribuent à une bonne dynamique pelvienne, favorisant l’ouverture plus harmonieuse des os du bassin lors de l’engagement du bébé dans le petit bassin. Le temps de travail et les douleurs lombaires lors de l’accouchement s’en trouvent réduits.

La chiropraxie permet aux femmes enceintes de mieux vivre leur grossesse et elle offre un bon départ à l’enfant qui va naître.