Qu’est ce que la chiropraxie peut faire pour vos douleurs

RAPPORT DE L’AGENCE GOUVERNEMENTALE AMERICAINE

L’étude publiée en 1994 par le Ministère de la Santé américain approuve et recommande les manipulations vertébrales pour le traitement du mal de dos aigu chez les adultes. Par ailleurs, les chercheurs ne trouvent pas d’efficacité évidente pour d’autres formes de soins comme la kinésithérapie, les massages, les ultrasons, le laser, ou les techniques de bio-feedback; et peu d’efficacité pour les injections, les myorelaxants, les stéroïdes, l’acupuncture ou la chirurgie dans les phases aiguës. De même, ils démontrent que le repos prolongé au lit (plus de 4 jours) est aussi à éviter.

RAPPORT MANGA

En 1993, une étude faite à la demande du ministère de la santé d’Ontario (Canada) conclut que l’approche des Chriopracteur est plus efficace, plus sûre et moins coûteuse que l’approche médicale pour les problèmes de mal de dos. De même, l’enquête auprès des patients révéla qu’ils étaient plus satisfaits des soins chiropratiques et capable de reprendre plus rapidement leurs emplois. En conclusion ce rapport recommande que les soins chiropratiques soient couverts par le système de santé d’Ontario, et prévoit ainsi une économie de plusieurs centaines de millions (de dollars) chaque année.

RAPPORT DE LA COMMISSION NEO-ZELANDAISE

En 1979 une étude du gouvernement néo-zélandais portant sur l’éducation chiropratique, le coût, la sécurité, et l’opinion des patients conclut :

Que les manipulations vertébrales effectuées par des chiropraticiens diplômés étaient relativement sûres ,

Que contrairement aux critiques, elles n’entraînaient pas un retard pour les soins médicaux,

Que les manipulations vertébrales étaient efficaces pour des symptômes osseux et musculaires tel que mal de dos, cervicalgie, migraine etc.,

Que les chiropracteurs étaient les seuls professionnels de la santé habilités par leur formation à pratiquer des manipulations vertébrales,

Et que dans l’intérêt du public, il fallait établir une coopération entre les chiropraticiens et médecins

L’ETUDE RAND

Au début des années 90 le rapport RAND, l’un des plus prestigieux centres de recherche pour les procédures scientifiques et techniques, explora les différents traitements pour des problèmes de mal de dos. Des chercheurs, constitués de médecins et de chiropraticiens, montrèrent que les manipulations vertébrales sont efficaces pour des patients présentant un mal de dos aigu.

ETUDE DU CENTRE DE MEDECINE DE TRAVAIL DE L’ETAT DE FLORIDE

Une étude de 1988 portant sur 10562 travailleurs dans l’état de Floride conclut qu’un patient présentant un mal de dos dû au travail avait moins de risque d’arrêt de travail s’il recevait des soins chiropratiques que s’il suivait des soins médicaux..
* Que si un arrêt de travail s’avérait nécessaire, il était en général d’une durée moins longue sous traitement chiropratique.
* Qu’au contraire, les patients traités par des médecins traditionnels présentaient un risque d’hospitalisation plus élevé.

ETUDE DES ORGANISMES DE SANTE DE L’ETAT DE WASHINGTON

En 1989 une enquête pratiquée parmi les patients des organismes de santé de l’état de Washington démontra que 3 fois plus d’entre eux se déclaraient plus satisfaits des soins chiropratiques que des soins médicaux.

ETUDE DES CENTRES DE MEDECINE DE TRAVAIL DE L’UTAH

Une étude de 1991 dans l’Utah conclut que les dépenses médicales étaient beaucoup plus élevées que les dépenses chiropratiques pour des conditions identiques. De plus ce rapport a conclu que les travailleurs blessés au travail et soignés par la médecine avaient un arrêt de travail plus long que ceux soignés par des chiropracteurs.

COMPARAISON D’INVALIDITE

Une étude de 1992 dans le  » Journal of Family Practice » (journal médical) déclara que le nombre de jours de travail perdus était significativement plus élevé chez les patients recevant des soins médicaux traditionnels que ceux recevant des soins chiropratiques. L’éditorial du journal dans le même numéro reconnaissait que les risques de complications dues aux manipulations lombaires étaient minimes.

ETUDE DES CENTRES DE MEDECINE DU TRAVAIL DE L’ETAT D’OREGON

Une enquête des centres de médecine du travail de l’état de l’Oregon en 1991 démontra que la moyenne des jours d’arrêt de travail pour des patients soignés par la Chiropratique était de 9 jours comparée à 11.5 jours pour ceux soignés par la médecine traditionnelle.

ETUDE DE COMPARAISON DES COUTS

Une étude publiée dans le « Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics » en juin 1993 portant sur 395641 patients présentant des troubles neuromusculaires sur une durée de 2 ans, montra que les patients suivis par des chiropracteurs avaient un coût de traitement beaucoup moins important que ceux suivis par des médecins.

ETUDE CLINIQUE DE L’ETAT DE SASKATCHEWAN (CANADA)

Suite à une étude faite en 1993, des chercheurs (médecins et chiropraticiens) conclurent que le traitement pour des pathologies au niveau des disques inter-vertébraux  par des manipulations chiropratiques étaient efficaces.

RAPPORT DU BRITISH MEDICAL JOURNAL

En 1990 une étude, publiée dans le prestigieux « British Medical Journal », conduite sur 2 ans et portant sur un échantillon de 741 patients souffrant de mal de dos, démontra que les patients ayant reçu des soins chiropratiques se portaient mieux que ceux ayant reçu des soins médicaux ; ceci sur une période de 6 mois, puis sur une période de 2 ans. De plus ces patients avaient des périodes d’arrêt de travail moins longues.
En conclusion, ces équipes de recherche ont mis en évidence l’économie représentée par la réduction sensible de l’absentéisme réalisée par des patients qui feraient le choix de consulter des chiropraticiens au lieu de se rendre à l’hôpital.

ETUDE COMPARATIVE DE L’ETAT DE VIRGINIE

Une étude de 1992 pour l’université de médecine de Virginie, démontra l’efficacité des soins prodigués par les chiropraticiens pour un moindre coût et de ce fait recommande une plus large disponibilité de la Chiropratique pour le public.

RAPPORT DE L’UNIVERSITE DE SASKATCHEWAN

En 1985 l’université de Saskatchewan conduisit une étude portant sur 283 patients qui n’avaient pas obtenu de résultats avec des soins traditionnels ou chirurgicaux et qui étaient classés avec une invalidité totale. Cette étude prouva que 81% de ces patients étaient devenus asymptotiques ou ne présentant plus que des douleurs anodines et intermittentes sans restriction de travail après des soins chiropratiques journaliers.

RAPPORT DE L’AMERICAN HEALTH POLICY

En 1992 une étude sur les informations fournies par plus de 2 millions de patients chiropratiques aux États-Unis et publiée dans « Journal of American Health Policy » rapporte que les patients chiropratiques ont tendance à avoir des dépenses de santé moindres et que les soins chiropratiques réduisent les dépenses de santé dues aux consultations médicales et hospitalières.

RAPPORT DE L’UNIVERSITE DE RICHMOND

Une étude de 1992 par l’université de Richmond en Virginie démontra que si on comparait le nombre de visites, leur fréquence, leur coût et la somme totale dépensée, la somme totale d’argent investie dans les soins chiropratiques étaient moins importante que celle investie pour des soins pratiqués par d’autres professionnels de la santé.